Découverte des calanques des Iles du Frioul en packraft ou en kayak gonflable_Mekong packraft

Les Iles du Frioul en packraft : Marseille vue du large

Flâner dans les rues de Marseille, humer l'atmosphère festive en cette sortie de confinement, partir à la découverte des Iles du Frioul et de leurs calanques en packraft, voilà quelques uns des ingrédients magiques pour passer un beau samedi du mois de juin !

C’est une première pour Capucine, ravie à l’idée de découvrir Marseille, son célèbre vieux port, son atmosphère méditerranéenne et multiculturelle et ses calanques ! En bon fabricant – et amateur – de packraft qui se respecte, j’en emmène un dans mes bagages à chaque fois que l’occasion se présente. Je ne fais pas exception à la règle ce weekend, d’autant que le littoral marseillais offre de magnifiques possibilités de randonnée mixte à pied et en packraft. Plutôt que de nous balader dans le Parc National des Calanques, probablement bondé à cette période de l’année, nous optons pour les îles du Frioul, qu’aucun de nous deux ne connait.

Nous nous réveillons avec le soleil, prenons un copieux petit dej puis flânons dans le quartier, avant de nous rendre au guichet. Surprise, nous ne sommes pas les seuls à avoir eu cette idée en ce samedi ensoleillé ! On apprend vite que les prochains billets disponibles pour les Iles du Frioul sont pour un départ à 14h00. On hésite… Ne ferait mieux de filer dans les Calanques ? Ou de prendre un train direction la côte bleue, afin de se balader entre la Redonne et L’Estaque ? On reste finalement sur notre idée initiale, la logistique est bien plus simple et nous ne devrions pas avoir de difficulté à tuer le temps jusqu’à 14h00. Une file d’attente de quelques dizaines de mètres plus tard, nous obtenons le précieux sésame.

Les iles du Frioul en kayak gonflable, dans la file d'attente pour obtenir le billet

On profite de la fin de matinée pour faire un tour dans le quartier de Noailles, le « ventre de Marseille », où se côtoient étals de fruits et légumes, vendeurs d’éponges naturelles et de babioles en tous genres, marchands d’épices, cafés, boutiques historiques… Un joyeux capharnaüm !

MARSEILLE VUE DU LARGE

Nous regagnons l’embarcadère une quinzaine de minutes avant le départ de la navette puis larguons – enfin – les amarres. Nous traversons le vieux port, laissons sur notre droite le Fort Saint-Jean et le Mucem, et à gauche le palais du Pharo puis passons au large du château d’If. La navette qui s’arrête habituellement sur la célèbre île-prison ne fait aujourd’hui pas de stop.

Les iles du Frioul en packraft Mekong, la Marina

Quelques centaines de mètres plus loin, nous débarquons dans la Marina des Iles du Frioul. Les allées du petit village sont bondées mais à peine avons-nous dépassé les dernières habitations que le calme revient. L’air est iodé, la végétation rare. Balayés par le vent, asséchés par le soleil et les embruns marins, seuls quelques arbustes et fleurs réussissent à vivre dans cet environnement inhospitalier. Si les végétaux sont malmenés par les éléments, les goélands qui se comptent par centaines ont eux fait de ce bout de terre leur royaume.

Calanques des iles du Frioul en packraft Mekong

Nous montons au fort de Pomègues qui offre une vue imprenable sur Marseille et sa banlieue. Nous souhaitions initialement faire le tour intégral des Iles du Frioul, mais les rafales de vent nous invitent à la prudence. Même s’il vient du Sud Est et ne pourra pas nous amener trop au large, nous préférons ne pas prendre de risques. On continue un gros kilomètre à pied, avant de jeter sur notre dévolu sur une petite crique sablonneuse dont le nom sent bon la Provence, la calanque de Flancadou, à laquelle on accède via le sentier de l’Astragale. On pique une tête pour se rafraichir puis gonflons le packraft. Quelques voisins nous regardent avec curiosité, étonné de voir ce petit objet enroulé se transformer en un kayak gonflable biplace. On a opté pour un packraft avec pontage, qui nous protège du vent et des vagues, même si un modèle  plus basique aurait pu suffire vu la météo estivale. Nous sanglons le sac à l’avant du bateau et donnons les premiers coups de pagaie ! Nous ne sommes pas les seuls sur l’eau, de nombreux voiliers et bateaux à moteur se sont mis à l’abri du vent dans la baie. Plus rares sont les baigneurs, l’eau est encore fraiche et l’humeur semble être plutôt à l’apéro ou au farniente !

La calanque du Flancadou, tour des iles du Frioul en packraft ou kayak gonflable

Nous longeons la côte direction l’ouest, jusqu’à atteindre l’extrémité de l’île de Pomègues. Ça y est, on est dans le vent, et ça souffle fort ! On remonte une centaine de mètres, il faut forcer sur les pagaies pour contrer les rafales à 50 km/h, la progression est lente. On doit encore parcourir 300 mètres pour repasser de l’autre côté de l’île, le vent soufflera alors de trois quart derrière nous et nous emmènera vers la rive. Sauf qu’en cas de forte houle comme aujourd’hui, celle-ci est inhospitalière et l’accostage périlleux. Les vagues nous ballottent de gauche à droite et rendent le contrôle du packraft compliqué. Après quelques minutes d’hésitation, on se dit qu’il est plus prudent de faire marche arrière. On se contente de faire 180° et de laisser le vent nous ramener sur nos pas.

Test du packraft Mekong en mer, dans les Iles du Frioul

L’île n’étant pas bien grande, on est cependant vite de retour au point de départ. On reste un peu sur notre faim ! Puisqu’on a envie de prolonger le plaisir, on décide de tirer plein nord et de traverser la baie du Grand Soufre, qui sépare l’île de Pomègues et celle de Ratonneau. Quelques centaines de mètres plus loin, on est à nouveau en plein vent, les vagues gonflent. Le packraft a beau être stable, l’idée de nous retrouver à la mer n’est pas très réjouissante étant donné la météo. Le vent nous pousse dans la bonne direction, en quelques minutes nous franchissons l’extrémité ouest de l’Île, puis virons à l’est pour retourner à l’abri des rafales.

Tour des iles du Frioul en packraft Mekong, les Calanques au large de Marseille

Les bateaux sont moins nombreux ici, et les calanques toutes plus magnifiques les unes que les autres. On en profite pour faire une pause et se baigner, chacun à son tour, au pied du fort de Brégantin. Un de plus ! Compte tenu de sa position stratégique dans la rade de Marseille l’archipel a en effet longtemps été un point de défense avancé pour protéger la ville. De nombreux forts, postes d’observation et tranchées parsèment les 200 hectares de terrain calcaire.

La journée touche à sa fin, en quelques coups de pagaie nous regagnons la plage de la calanque de Courate, remballons le matériel et rejoignons le port pour y prendre la navette. C’est la première fois que nous faisons du packraft en mer, et malgré les conditions météo un peu compliquées, on est ravis de cette escapade ! De retour en ville, nous filons en direction de la Plaine afin d’humer l’atmosphère festive qui y règne. De la musique, des gens en terrasse, beaucoup de sourires et de rires, des embrassades… Une belle soirée commence dans la nuit Marseillaise !

NOS CONSEILS

  • Renseignez-vous sur la météo ! La navigation en mer est potentiellement (très) dangereuse selon les conditions météorologiques. Si le vent est important, à fortiori s’il vient du Nord, laissez votre packraft à la maison et baladez vous à pied, les Iles du Frioul sont déjà magnifiques depuis la terre !
  • La réglementation impose aux embarcations de moins de 3m50 de long (c’est le cas des packrafts) de ne pas s’éloigner à plus de 300 mètres d’un abri (un abri étant un « endroit de la côte où tout engin, embarcation ou navire et son équipage peuvent se mettre en sécurité en mouillant, atterrissant ou accostant et en repartir sans assistance. Cette notion tient compte des conditions météorologiques et de mer du moment ainsi que des caractéristiques de l’engin, de l’embarcation ou du navire »).
  • Si vous avez le choix, privilégiez un packraft biplace, plus adapté à la navigation en mer car offrant une meilleure glisse.
  • En saison, pour éviter de faire la queue au guichet, pensez à réserver la navette bateau en ligne à l’avance : https://lebateau-frioul-if.fr/

ARTICLES RÉCENTS

Jane Gin Can, packraft autovideur fabriqué en France
Offre d'Emploi
Olivier Chambault

MEKONG recrute un·e Opérateur·trice de Fabrication !

MEKONG, entreprise créée en 2019 et située à Crest (Drôme) fabrique des packrafts, un concept de kayak ultra-léger né aux USA il y a une quinzaine d’années. Nous recrutons un.e Opérateur.trice de Fabrication afin d’assurer la confection des packrafts et le prototypage de nouveaux modèles.

Lire plus »

NOUS SUIVRE

NEWSLETTER

INSTAGRAM

fr_FRFrançais

Afin de vous garantir une expérience optimale sur notre site et de réaliser des statistiques de visites, nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. En savoir plus.